Ori and the Blind Forest

Jeu d'exploration, de combat et de plate forme dans une sombre et mystérieuse forêt

Ori and the Blind Forest
Ori and the Blind Forest


Aujourd'hui, nous allons nous enfoncer au plus profond de la forêt pour y découvrir une aventure extraordinaire, portée par une direction artistique somptueuse. Regorgeant de mystérieux secrets disparus depuis longtemps, votre périple ne sera malgré tout pas de tout repos : et oui, il s'agira surtout de sauver cette belle et grande forêt d'une menace imminente dans le jeu du jour, j'ai nommé ... Ori and the Blind Forest !

Ori and the Blind Forest est un jeu de plate-formes, de combat et d'exploration 2D, plus connu sous le nom de "metroidvania". Sorti en 2015, développé par le studio indépendant autrichien Moon Studios et édité par Microsoft, le jeu solo nous met dans la peau luminescente de Ori, petit esprit de la forêt bondissant et virevoltant partout chargé par l'Arbre aux Esprits de rapporter la paix dans cette foret troublée en réveillant trois éléments : l'Eau, les Vents et la Chaleur. Pour cela, vous aurez à explorer le monde de Nibel et à affronter moultes ennemis pour découvrir de nouvelles capacités, le tout en échappant à une sombre menace qui ne cessera de vous traquer pendant votre aventure. Vaste programme !

Le jeu offre quelques twists scénaristiques pas piqués des hannetons dont nous ne révélerons rien ici, vous nous connaissez. Nous pouvons seulement dire qu'après une cinématique d'introduction et quelques éléments de didacticiel, vous prenez enfin le contrôle d'Ori, petit lapin-lutin lumineux mignon et immédiatement, c'est un plaisir ! Se présentant en vue de côté comme dans mille jeux avant lui, Ori est un régal entre les mains : il est fluide, rapide, réagit parfaitement aux commandes (le air control notamment est vraiment appréciable)et les animations - dont on reparlera évidement en fin de recommandation - sont très agréables à la vue.

Vous pouvez courir, sauter, bondir comme dans de nombreux jeux de ce style, et vous aurez bien évidemment des capacités supplémentaires à débloquer au fil de votre aventure. La palette de mouvement du personnage devient rapidement complète sans être complexe et vous pourrez vous mouvoir dans les niveaux sans soucis. Chaque nouvelle capacité est approché avec un level design parfait digne d'un jeu Nintendo pour appréhender, mettre en pratique, tester et enfin maitriser cette nouvelle capacité. On vous renvoie à la vidéo de Game Maker Toolkit sur l'Arbre Ginsoo, l'un des niveaux du jeu.

Les niveaux, parlons en ! Metroidvania oblige, le monde est un enchevêtrement de salles interconnectées que vous aurez à arpenter en long, en large et en travers. Une fois telle ou telle nouvelle capacité débloquée, un chemin précédemment fermé s'ouvre à vous, vous accordant l'accès à un nouveau pan du monde. L'univers de la forêt est très varié, passant d'un dessous de canopée luxuriant à des ruines plongées dans les glaces, d'un arbre rongé par la maladie, un volcan grondant de lave ou des cascades chatoyantes, vous en prendrez plein les yeux et les oreilles.

Chaque "biome" offre une série de salles connectées mais bloquées par un puzzle, un combat ou une séquence de plate-forme que vous aurez à résoudre, affronter ou franchir pour atteindre la suivante. Au bout du parcours se trouve souvent une amélioration ou un élément d'histoire qui fait avancer cette dernière. Point de spoil, on vous a dit, n'insistez pas !

Pendant l'aventure, on découvre rapidement une petite boule de lumière nommé Seyn qui vous servira de compagnon - coucou Navi ! - mais également d'arme puisqu'elle vous permettra de combattre les différents monstres qui peuplent la forêt de Nibel. Le combat est un élément important du jeu mais n'offre pas une immense profondeur de gameplay : la plupart du temps, vous aurez juste à appuyer frénétique sur le bouton d'attaque pour frapper les ennemis jusqu'à ce qu'ils meurent. Pas bien folichon, tout ça...

Quelques capacités ajoutent un peu de variété : une attaque au sol pour faire une onde de choc, une explosion pour faire des dégâts de zone ou encore la capacité de rebondir sur les projectiles ennemis pour leur renvoyer dans la tronche. Très frustrant au début mais rapidement satisfaisant une fois maitrisé, cette mécanique est utile à la fois pour le combat et la plate-forme, un grand oui pour ce point là !

Certains passages de plate-forme ne seront cependant pas une promenade de santé : ils demanderont adresse et talent de votre part, tant vous aurez à mettre en pratique tout ce que vous avez débloqué. La difficulté du titre est très bien dosée malgré tout, offrant notamment un twist intéressant sur la notion de point de sauvegarde car oui, vous pouvez les mettre où vous voulez, à condition d'avoir assez de "magie" pour le faire. Mourir n'a que très peu de conséquence, vous revenez rapidement au jeu, donc à vous de voir quand vous souhaitez établir un checkpoint, en fonction de la difficulté de la zone, de vos ressources, de votre confiance sur les éléments à venir. Bref, niveau risque-récompense, c'est très malin !

Pour l'exploration, le jeu offre quelques points de téléportation dans le monde, sorte de voyage rapide pour éviter de devoir tout traverser dans le sens inverse une fois la zone terminée. Cela dit, c'est à ce moment-là que l'aspect évolution du personnage prend tout son sens : vos nouvelles capacités offrent des accès à des zones cachées ou précédemment inaccessibles et vous permettent donc d'obtenir des petits bonus - importants pour les complétionistes - ou carrément des points de vie ou d'énergie supplémentaires. Le jeu dispose d'un système de progression par niveau où l'on dépense l'expérience gagnée pour débloquer des attributs ou des propriétés en plus. Parfait pour personnaliser son expérience comme on l'entend !

En dehors de quelques éléments particulièrement bien pensés comme ceux présentés juste avant, le jeu est assez classique, assez scolaire dans sa construction et dans sa progression de metroidvania. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi mais on aurait pu souhaiter un peu plus de folie, de variété dans l'exploration ou dans l'aventure en général. Celle-ci est très bien, très propre, très agréable à jouer - la direction artistique y est pour beaucoup, soyons honnête, mais on prend sincèrement plaisir à découvrir l'histoire et à suivre les instructions qu'on nous donne. Car oui, le jeu est également plutôt dirigiste, on est donc au final assez peu perdu dans un monde que l'on aurait envie d'explorer à sa guise.

On peut cependant louer la mise en scène de certains passages qui sont vraiment époustouflants de beauté, d'intensité et d'émotion, chose assez inattendue pour un jeu de ce style là. La production value permise par Microsoft brille dans les moments scénarisés où tout se met en branle pour offrir une expérience presque cinématographique, un peu à la manière d'un Uncharted, si vous voulez. Vous aurez toujours à jouer, bien sûr, mais c'est pas à cause des ennemis que vous vous en prendrez plein la tronche !

La direction artistique, enfin, est d'une beauté sans nom. On est bien évidement #teamgameplay mais là, on doit bien reconnaitre que c'est époustouflant. Il suffit de regarder quelques instants de jeu pour se croire dans un film tellement ça regorge de détails, d'animations, d'effets de lumière, d'eau, de couleurs chatoyantes, d'ambiance à couper le souffle. Et nous y avons joué sur Switch, c'est dire ! La petiote de Nintendo assure à fond le rendu mais on ne peut qu'imaginer ce que ça donne sur PC. L'univers de la forêt de Nibel, proche d'un Miyazaki, est un délice pour les yeux et les oreilles tant il y a de choses à voir, à découvrir, à ressentir dans cette aventure extraordinaire. La musique n'est pas en reste : composée par Gareth Cooker, jouée par un orchestre et enregistrée en studio, elle met en exergue les sensations de cette nature fourmillante, tantôt paisible, tantôt impitoyable, tantôt terrassée par l'adversité d'un destin inévitable. Quelque chose me dit qu'elle sera dans les liens en fin de recommandation...

Notons que nous avons parlé ici de la Definitive Edition du jeu, puisque de toute façon, l'originale n'est plus disponible. Cette nouvelle version offre du contenu inédit : de nouvelles zones, de nouvelles compétences, bref, plein de choses et de toutes façons, on s'en fiche, l'ancienne n'est plus dispo ! Le jeu dispose d'une suite : Ori and the Will of the Wisps, que nous n'avons pas testé mais qui nous intéresse fortement. À bon entendeur ...

Ori and the Blind Forest est disponible sur PC, Switch, PS4, PS5 et Xbox One pour une vingtaine d'euro, sauf sur Steam où il est à 5€ c'est une affaire ! Vous pouvez d'ailleurs retrouver sa page Steam juste ici => https://bit.ly/3RC8fAb Si l'univers du jeu vous intéresse, vous pouvez explorer à votre guise le site officiel par là => https://bit.ly/3SGWmdy Vous pouvez également découvrir le trailer du jeu ce côté-ci => https://bit.ly/3T0kN5h Comme mentionné plus tôt, vous pouvez découvrir la vidéo de Game Maker Toolkit qui analyse l'une des zones du jeu de ce côté-là => https://bit.ly/3e7ptHX Enfin, comme d'habitude, vous pouvez trouver l'extraordinaire bande originale du jeu sur YouTube, c'est tout droit => https://bit.ly/3eaBLiL Bonne écoute, et bon !

"Une ode à l'amour, au sacrifice et à l'espoir qui brûle telle une flamme en chacun de nous."

Recommandation originalement postée le 7 octobre 2022.

Ori and the Blind Forest
Ori and the Blind Forest

 

Ne manquez aucune de nos recommandations

en nous suivant sur les réseaux sociaux !

1200px-facebook-logo-2019-1024x1024.png
nouveau-logo-instagram_sans_fond.png
YouTube_full-color_icon_(2017).svg.png